Le site du Parti Socialiste - section de   MEUDON

Section locale du Parti socialiste

58 rue Jean Jaurès

92190 Meudon

;

 

Contacts :

 

 


 

Vos élus au conseil Municipal

Marc Mossé

 

Bouchra Touba

 

Denis Maréchal

Alice Carton

 

 

 


Booba, PS, Meudon-la-forêt, Marseille, UMP, UDI, Front de gauche, Issy-les-Moulineaux, André Santini, François Hollande, Céline, emploi, rencontre

 

 

 

 

MEUDON
Tribune de 

NOS ELUS

 

Chloroville 

Décembre 2016

Du gaz de schiste à Meudon !

Les premiers engins sont arrivés au pied de la Colline Rodin. De grandes pylônes métalliques en érection depuis plusieurs semaines, et visibles depuis tout Meudon, sont déjà prêts à extraire le gaz de Schistes dont notre nouveau et bien aimé Président de la République française a autorisé l’exploitation après avoir conclu avec le, non moins remarquable, Président Donald Trump, un accord international dérogatoire aux infâmes accords de Paris. Pour mémoire, la découverte de ce gaz dans le sous-sol des carrières de la Colline a provoqué de grandes espérances de la part de notre gouvernement conservateur, souverainiste et traditionaliste tourné vers le futur antérieur.
Ce scénario cauchemardesque vous apparait de pure science-fiction ? Vous avez raison, car, à notre connaissance, il n’y a pas de gaz de schiste sous Rodin. En revanche, vous n’avez pas rêvé : l’homme au jaune toupet a bien été élu outre-Atlantique confirmant les dérives quant aux évolutions de nos sociétés occidentales tentées par le libéralisme autoritaire. La primaire de droite, dont on ignore le résultat final à l’heure de l’écriture de ces lignes, risque en tout état de cause de placer sur la ligne de départ un candidat dont on peut craindre qu’il soit poussé vers un libéral-conservatisme bien rugueux. A entendre, notamment, l’homme de la Sarthe, on s’inquiète de voir les services publics affaiblis et la politique d’austérité durcie alors même que l’Europe semble enfin comprendre qu’il faut redonner de l’air aux économies nationales pour relancer la croissance.
Et à gauche nous direz-vous ? Rien de bon pour l’instant. Avouons que domine l’impression d’une gauche française passant une bonne partie de son temps à creuser, creuser, creuser mais sans toucher encore le fond. Gageons que si elle trouve une matière fossile ce ne sera pas du gaz hilarant. Menacée par une conspiration des egos, elle parait même incapable de penser la 4ème révolution industrielle qui installe un nouveau monde porteur d’immenses promesses de progrès mais également inquiétant pour ceux qui souffrent. Il est vrai que cette gauche fragmentée semble courir comme le canard sans tête. Pourtant, les réussites de François Hollande secondé par Manuel Valls, les valeurs qu’elle porte, son attachement à la solidarité, sa capacité à défendre une économie de marché régulée devrait lui donner des atouts pour penser le monde qui vient. Capable parfois de se perdre, comme lors du débat sur la déchéance de nationalité, elle possède cependant cette énergie nécessaire pour penser la justice et le progrès dans un même mouvement, pour dire que la fraternité ne se réduit pas à des petits like faciles sur Internet. Il fut un temps la droite française était moquée comme la plus bête du monde ; il serait bon que la gauche ne l’imite pas. Pour faire barrage à la résistible ascension de Marine Le Pen et empêcher une victoire du libéralisme autoritaire, il faut que la gauche ose dire la vérité au pays pour continuer de réformer intelligemment.
La primaire de gauche qui aura lieu en janvier prochain sera l’occasion pour tous les citoyens de faire entendre leur voix. Chacun pourra profiter de ce moment démocratique pour exprimer sa vision du monde qu’il veut. Le succès populaire de la primaire de droite a montré que les Françaises et les Français veulent être entendus, pas sondés mais vraiment écoutés. En janvier, comme vous l’aviez fait en 2011 de façon spectaculaire, venez dire ici à Meudon, la France que vous désirez, la France que vous aimez.

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville 

Novembre 2016 

Une démocratie locale plus vivante
Nous avions proposé lors de la campagne des élections de 2014, de revivifier la démocratie dans notre ville.
Dans une des tribunes de notre groupe (pas l’une des deux dernières heureusement…), nous avions suggéré de mettre en place un budget participatif. Vous trouverez ci-dessous, la délibération que nous proposons au Conseil Municipal d’adopter. Nous vous tiendrons au courant du vote de la majorité que nous espérons positif.
Le Conseil municipal de Meudon,
Vu les articles 72 et 72-1 de la Constitution ;
Vu l’article L. 1112-16 du code général des collectivités territoriales
Vu les articles L. 2143-1, L. 2122-2-1, L. 2122-18-1 du code général des collectivités territoriales ;
Considérant qu’il est urgent, dans un contexte de crise économique et sociale, de repenser et renforcer le lien entre élus et citoyens, de donner un nouvel élan à la participation de toutes et tous, afin qu’elle soit plus ouverte et ne soit pas le privilège de quelques-uns ;
Considérant l’exigence des citoyens pour une démocratie plus transparente et plus accessible ;
Considérant que les procédures de participation doivent attirer une plus grande diversité de citoyens, quel que soient leur âge et leur condition sociale afin de leur permettre de s’exprimer et décider sur des projets d’intérêt général ;
Considérant que la décision publique est plus légitime et forte à chaque fois qu’un débat ouvert l’enrichie ;
Considérant que la participation via le numérique, si elle ne peut ni ne doit se substituer à la démocratie représentative, doit être facilitée pour permettre au plus grand nombre de participer, et notamment grâce à l’ouverture des données publiques ;
Considérant qu’il est donc fondamental de créer de nouvelles formes de participation des habitants à la gouvernance de leur ville, pour y associer toujours mieux les Meudonnaises et les Meudonnais ;
Considérant la volonté de la ville de Meudon de travailler en concertation toujours plus étroite avec l’ensemble des associations ;
DECIDE :
1. Que 5 % du budget d’investissement de la Ville est élaboré après consultation des Meudonnais selon le calendrier et les modalités suivantes :
1.1 Dès le printemps 2017, pour le budget de 2018, les habitants de Meudon pourront participer au choix de projets à l’échelle de la ville ou de leur quartier ;
1.2 En mars 2017, au plus tard, sera mise en place la procédure du budget participatif annuel fondée sur la transparence et l’ouverture des données publiques utiles ;
1.3 Quatre Conseils de Quartier seront créés avant le 30 mars 2017 : Meudon la Forêt, Meudon Centre, Val Fleury, Meudon sur Seine, Meudon Bellevue. Les modalités de leur organisation seront précisées par la délibération du conseil municipal portant leur création ;
1.4 En lien avec les associations et les conseils de quartier prévu à l’alinéa précédent, des actions de sensibilisation au fonctionnement du budget participatif seront proposées ;
2. Que des outils numériques adaptés seront développés pour favoriser la participation du plus grand nombre via une plateforme d’échanges entre citoyens et élus, et notamment par un dispositif de questions mensuelles au maire de Meudon et aux conseillers municipaux y compris d’opposition posées via le site Internet de la ville.
3. Qu’une Charte Meudonnaise de la Participation sera rédigée après concertation préalable avec tous les acteurs concernés et adoptée en Conseil municipal avant le 21 juin 2017.
4. Que sera créé, au plus tard le 3 juin 2017, un dispositif de pétition et « e-pétition » permettant aux citoyens de faire inscrire une de leurs demandes à l’ordre du jour du Conseil municipal de Meudon, à condition que celle-ci ait recueillie la signature d’au moins 1/5
ème des Meudonnais inscrits sur les listes électorales.

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville
Eté 2016
 
Quatre mariages et un enterrement…

Le choc des photos et le poids des mots. La jolie photo dans Paris Match avec les deux premiers magistrats de Boulogne et d’Issy les Moulineaux annonçant le mariage de leurs villes, sans qu’on sache qui des deux fera le maire et le président de GPSO, renouvelle le sujet que nous avions été les premiers à porter dans ces colonnes. L’annonce spectaculaire des noces entre ces deux communes, oblige à s’interroger à nouveau sur l’avenir de nos territoires alors que se construit la Métropole du Grand Paris et que les ressources budgétaires de nos communes sont de plus en plus contraintes. Lorsque nous avions révélé au grand jour le projet caché de fusion des 8 communes de GPSO, nous avions dit que la méthode secrète était regrettable. Nous avions aussi dit qu’il était important d’avoir ce débat sans tabou. Il est donc temps de l’avoir même si nous ne savons pas encore si nos voisins aboutiront finalement. La perspective de création d’une commune nouvelle de quasiment 200 000 habitants – Boulogne les Moulineaux ou Issy sur Billancourt –, la 12ème de France et la deuxième en Ile de France après Paris, nous oblige à réfléchir à l’avenir institutionnel de Meudon. Comme vous, nous sommes profondément attachés à l’identité de notre ville. Une ville riche de sa diversité devrait-on écrire tant Meudon vit autour de plusieurs quartiers avec chacun leur propre histoire et particularité. Notre ville est ainsi un parfait exemple de la diversité dans l’unité. Est-ce un indice de ce que nous pourrions fusionner avec Sèvres, Chaville et peut être Ville d’Avray tout en conservant notre identité propre ?
La question mérite d’être posée. Exclure de l’envisager c’est se condamner à ne pas peser au sein de GPSO qui serait alors ultra-dominé par la nouvelle commune d’Issy-Boulogne. Que pèserons-nous alors dans une métropole parisienne structurée autour de grands pôles de ce genre ? Il est difficile de répondre mais il faut affronter cette réalité. Pour y réfléchir utilement, définissons des critères d’évaluation: comment pourrons- nous maintenir demain une haute qualité des services publics et de l’action sociale, comment pourrons-nous demain avoir une maîtrise réelle de nos finances publiques sans augmentation majeure de la pression fiscale, comment pourrons-nous garantir demain les meilleurs aménagements futurs au bénéfice du logement social et d’un urbanisme harmonieux, raisonnable et durable, comment pourrons-nous demain oser un développement économique créateur d’emplois locaux fondé sur l’innovation ?
Si la fusion peut apporter des réponses positives à toutes ces questions, il faudra alors y réfléchir sérieusement. Bien sûr, cela devra se faire en garantissant la vigueur de la démocratie de proximité. La loi permet de maintenir des mairies annexes et, jusqu’à 2020, les équilibres politiques sont préservés sur la base des dernières élections
municipales. Pour l’avenir, si la fusion était faite, il serait évidemment indispensable de s’assurer que le pluralisme politique est assuré. Certains se diront que 4 ou 5 communes qui fusionnent ce n’est pas comme 2. Pourtant en ce moment, Annecy (51 000 habitants) et 4 autres communes de tailles équivalentes à nos voisines précitées, vont fusionner pour créer une commune nouvelle de 120 000 habitants pour être plus efficaces. Ces villes ont chacune une identité très forte mais elles osent l’union tout en préservant leur histoire. En posant ces questions, nous nous tournons vers l’intérêt général et celui des meudonnais, pour trouver la capacité collective d’inventer le monde qui vient. Ouvrons ce débat en conseil municipal et à la lumière des critères indiqués, et d’autres à ajouter le cas échéant, imaginons tous ensemble l’avenir de MEUDON.

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Avril 2016

Passerelle ou téléphérique urbain ?
Rassurez-vous, cette question ne porte pas sur la transformation Meudon en station de ski. Il s’agit de revenir sur un sujet que notre groupe et d’autres élus lors des mandatures précédentes ont porté et que nous continuons de promouvoir. Déjà dans une tribune précédente faisant écho à notre projet MEUDON C’EST VOUS, nous avions défendu
l’idée d’une passerelle le long du viaduc du train pour relier la gare de Meudon Centre et le quartier Rodin-Rivoli. Nous n’avions pas été entendu par la majorité. Celle-ci ne s’y oppose pas radicalement mais y voit plutôt un sujet « compliqué ». Pourtant cette idée rallie les suffrages de nombreux meudonnais qui habitent un quartier sympathique en diable mais éloigné du centre de notre ville ? Pourquoi revenir sur cette proposition en suggérant l’option du téléphérique ? La raison en est simple : la loi a évolué en simplifiant le cadre juridique de telles opérations et en particulier pour les riverains. Déjà plusieurs villes projettent de tels téléphériques urbains comme Brest qui prévoit de relier par ce moyen – sur une longueur de 420 m - le secteur du château à un nouveau quartier en haut de ville. Toulouse envisage de joindre ainsi deux hôpitaux. Orléans, Créteil y songent aussi. Aucune raison ne s’oppose à ce que notre ville envisage les possibilités d’une telle opération à l’instar d’autres communes confrontées à des problématiques similaires liées à une géographie compliquée. Ainsi que nous l’avions souligné dans une tribune précédente, le fait qu’Issy les Moulineaux ait construit un escalier mécanique monumental pour relier le haut du quartier des Epinettes au RER C, en fixant des questions techniques sans doute plus complexes que celles qui pourraient être posées par la réalisation de notre idée, montre que là où il y a une volonté il y a un téléphérique… On rappellera ici que GPSO avait contribué financièrement à ce projet Isséen. Cela supposerait donc, bien sûr, de mobiliser des financements au-delà du budget de Meudon pour rendre l’opération la moins lourde pour les finances publiques de la ville. C’est là qu’il conviendrait de s’allier avec d’autres collectivités ou établissement public. On pense ici, sous réserve que certaines incertitudes en matière de répartition des compétences soient réglées, à GPSO et son nouveau périmètre, ou bien à la Métropole du Grand Paris voire au Département. Quoi qu’il en soit, rien n’interdit que l’on engage une réflexion technique, juridique et financière. Si la faisabilité apparaissait raisonnable, il serait temps alors de passer à la concrétisation de ce projet.
En se projetant un peu plus loin, il est alors possible d’imaginer le confort gagné par de nombreux meudonnais pour rejoindre la gare mais aussi le Centre d’Art et de Culture et d’autres lieux de Meudon. Ce geste, qui serait un véritable
ouvrage d’art symbolique du savoir-faire technologique français, permettrait de renforcer le lien entre les quartiers de notre ville. Plus encore, il serait un atout pour renforcer la fréquentation du Musée Rodin ainsi accessible plus facilement depuis Paris. Un tourisme culturel pourrait alors se développer davantage au bénéfice de l’image de la ville et des commerçants. Ce téléphérique urbain apparaitrait dans le ciel de Meudon comme une nouvelle signature de l’identité de notre commune. Nous sommes certains que la majorité nous suivra pour explorer cette piste et mbarquer en téléphérique pour l’aventure !

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Mars 2016

Le 92 en fusion
Une drôle de manie semble être devenue à la mode dans les Hauts de Seine : fusionner les collectivités territoriales existantes sans consulter au préalable les citoyens concernés. Sans sombrer dans la « référendite aigüe » (on n’est
pas à Notre Dame des Landes ici…), il est pour le moins surprenant que le 92 et le 78 annoncent leur mariage prochain alors pourtant que cette évolution lourde de conséquence pour nos territoires n’a jamais été soumise aux habitants
des départements. Rien dans le programme de la droite départementale, ni dans celui de son homologue des Yvelines, ne prévoyait un tel changement fondamental pour l’identité et la logique démocratique de ces ensembles territoriaux. Après l’échec de la fusion des communes de GPSO, projet que nous avions dévoilé dans ces colonnes, il semblerait que l’entreprise de MM. Devedjian et Bédier soit plus proche de la concrétisation.
Encore une fois, notre intention n’est pas de considérer qu’a priori un tel projet doit être tabou. La juxtaposition, ce fameux millefeuille territorial si souvent critiqué et si souvent à juste titre, de nombreuses collectivités locales
est un vrai sujet. C’est indéniablement un enjeu démocratique et d’efficacité des services publics, c’est également important pour le dynamisme économique.
Toutefois, une telle décision ne peut se faire dans le déni de démocratie. C’est un vrai beau sujet pour les élections départementales, ce qui, au passage, pourrait favoriser une plus grande participation à ce scrutin marqué habituellement par une abstention très significative. Malheureusement, les citoyens des Hauts de Seine auront été privés de ce débat et de la possibilité de s’exprimer. Tout le monde saisi que l’une des raisons de cette précipitation tient à la volonté de combattre la Métropole du Grand Paris et de poursuivre des querelles internes à la droite par cette voie détournée ; le détour est cependant un peu baroque !
La période présente exige pourtant que les élus se mobilisent et travaillent sur des dossiers autrement plus urgents à cet instant. La réduction des inégalité sociales, l’accès au logement et à l’emploi, la petite enfance, la jeunesse, et la culture, sont autant de sujets qui mériteraient une attention totale. Bien sûr que la coopération territoriale peut être une réponse à plus d’efficacité sur ces sujets essentiels pour tous. Bien sûr que des réponses innovantes peuvent être ainsi imaginées. Nous sommes favorables à tout ce qui permet une action publique plus pragmatique que dogmatique dès lors qu’elle favorise l’intérêt général. C’est pourquoi une telle précipitation ne peut qu’interroger sur ses véritables motivations.
Il est encore temps d’arrêter la machine et préparer une consultation de la population le moment venu sur un projet clair que nous voulons, pour notre part, motivé par la justice sociale, dont l’éducation et le logement et l’action de
solidarité sont des éléments cardinaux, et fondé sur une véritable démocratie de proximité.

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Janvier Février 2016

Meudon C’est Vous vous présente ses meilleurs vœux pour 2016

MEUDON C’EST VOUS et ses élus, Marc Mossé, Bouchra Touba, Denis Maréchal, Alice Carton, vous présente ses meilleurs vœux pour 2016. Que cette nouvelle année vous apporte santé, joies et bonheur. Au-delà des aspirations personnelles de chacun, c’est une attente d’espérance et d’apaisement qui s’affirme de tous les côtés. Au lendemain d’une année terrible, nos pensées sont toujours tournées vers les familles et les proches de toutes celles et tous ceux frappés par les tragédies que chaque français garde à l’esprit.

2016 ne pourra pas être une année comme les autres. Ce que nous venons de vivre, nous oblige, individuellement et collectivement. 2016 doit être l’année d’une reconstruction d’une France qui parfois donne l’impression d’étouffer, de ne plus se comprendre. Au-delà d’un désenchantement installé depuis longtemps, il y a une volonté de destin commun. Ne la décevons pas. Il n’y a plus de temps pour les atermoiements et l’ignorance du message envoyé par les Français à cet égard.

Les élections régionales auront été un nouveau coup de semonce pour ceux qui étaient restés sourds, depuis des années, à la souffrance et aux angoisses de nombreux concitoyens. Faisons que ce coup de semonce ne soit pas l’ultime. Bien sûr, encore une fois, le front républicain, sous ses différentes formes, a porté ses fruits pour faire barrage à l’insupportable. Le Front National n’a pas conquis de région, mais cette défaite électorale ne doit cependant pas nous rassurer. Le « tour d’après » reste le plus important car la bataille des idées est essentielle. Si le Front National perd dans les urnes mais, jour après jour, impose ses thèmes, ses propositions, sa contrefaçon de notre devise républicaine et son travestissement indécent de la laïcité dans le débat public, alors il gagne et nous perdons. La politique est aussi, et avant tout, une question culturelle. Elle est faite de symboles et de valeurs. En 1996, Robert Badinter dénonçait à la tribune du Sénat la « lepénisation des esprits ». En 2016, mobilisons-nous pour qu’elle n’ait pas lieu définitivement. La lutte contre le chômage et notamment celui des jeunes, la politique du logement pour que chacun ait un toit décent, le combat contre toutes les insécurités, l’égalité d’accès pour tous à la santé, la garantie de la laïcité qui apaise l’espace public, doivent être des priorités pour tous les responsables politiques. Avec une première priorité, la mère de toutes les batailles : l’éducation ! Ce ne sont pas des mots dont il s’agit mais des actions concrètes.

Les Français veulent que les gouvernants agissent et dessinent un futur où le déclassement n’est plus le seul horizon. Face au risque de fragmentation de notre société, il est urgent que la vie politique reprenne les couleurs de l’audace et de l’intelligence collective. L’enjeu n’est pas celui des petites tambouilles tacticiennes et des hypothèses de recomposition politicienne à la petite semaine où les destins individuels croisent la route des vanités sans fin. Non. Il s’agit de redonner une vision commune et de rendre à chacun l’envie, le désir, d’être un acteur de ce changement. Et si demain des nouvelles configurations politiques apparaissent, il faut qu’elles soient le fruit sucré d’une nouvelle espérance. La gauche a une responsabilité historique face à la France qui étouffe. Saisissons-là.
Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton


Chloroville

Octobre  2015

Un lion, Aylan et l'Europe

Drôle de monde. Depuis des mois déjà, des années en réalité, des milliers de réfugiés fuient la guerre et la terreur. Au même moment, des centaines d’entre eux, enfants compris, meurent, le plus souvent noyés au large de nos côtes et ne font parfois qu’un entrefilet en fin de journal. Et devinez quoi ? Au cœur de cet été, le monde entier, agité par la vanité des réseaux sociaux, s’est ému ! Oui, mais pour... un pôvre lion à crinière noire – Cecil – bêtement tué par un type qui se prenait pour le Tartarin du Minnesota. Une cause mondiale était née... Bienvenue en absurdie ! Pendant cette agitation obscène, la mobilisation pour répondre à la tragédie des réfugiés demeurait limitée aux habituels militants toujours sur le qui-vive. Encore quelques jours après le lion mort un soir, et un camion empuanti de mort, abandonné sur un bord de route autrichienne laissait 70 corps sans vie dont des enfants. Mais voilà, un camion clos ne dit rien, bien moins qu’un lion à crinière noire. Il aura finalement fallu l’image tragiquement apaisée du petit Aylan pour que le monde se réveille. Ces dizaines de milliers de réfugiés avaient désormais un visage pour notre conscience.

Ils fuient l’horreur. Aucun ne quitte sa terre de gaîté de cœur. Aucun n’a pour espérance le déracinement. Face à cette vague de douleurs, certains agitent les peurs, diffusent le lent poison de la haine de l’autre. D’autres, au prix d’une idiotie abyssale, suggèrent de trier ces gens selon leur religion. Sans nier, ce serait stupide, les problèmes immenses que ces migrations posent, il nous faut admettre que nous sommes face à un moment de vérité pour nos sociétés démocratiques. Le manque de courage des élites nationales et européennes pendant de si longues années oblige désormais à traiter ces questions dans l’urgence. Plus encore qu’après l’épisode de la faillite grecque, l’Europe se trouve confrontée à son histoire: est-elle encore une réalité politique et l’espoir d’un modèle de justice et de progrès. La réponse à cette interrogation comptera certainement pour ceux qui fuyant aujourd’hui la terreur redeviendront demain les élites de leur pays à leur retour. La paix de demain se bâtira également par notre effort de solidarité.

C’est pourquoi, il nous faut faire face collectivement au drame humanitaire qui se joue.

Nous assistons à un grand élan de solidarité dans le pays et les initiatives se multiplient afin d’organiser l’accueil de ces demandeurs d’asile. La ville de Meudon a une longue tradition d’accueil et de soutien aux populations fragilisées et ne peut rester indifférente à la situation désespérée de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes. Nul n’ignore la complexité de la situation et il faut une approche raisonnable et supportable par tous. Aussi, par un courrier au Maire et par un vœu présenté en Conseil Municipal, nous avons demandé d’intégrer la ville de Meudon au réseau national des villes solidaires et d’accepter de recevoir une ou plusieurs familles de réfugiés de guerre dès qu’ils arriveront sur le territoire. Nous l’avons fait au nom des valeurs de fraternité, de solidarité et d’attachement à la dignité humaine qui fondent notre Nation. Le sujet est difficile, compliqué mais nous pensons que notre commune tout comme GPSO peuvent prendre leur part à cet effort.

Meudon C'est Vous et ses élus

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Septembre  2015

Rentrée et bonnes résolutions

Janvier et septembre ont en commun non pas la neige ou le froid mais le temps des bonnes résolutions. L’été s’achève en pente douce et ses derniers souvenirs s’effacent avec la langueur des premières amours de vacances ou des moments partagés en famille ou entre amis. Pourtant, il faut se rappeler que tout le monde n’a pas la chance d’être parti en villégiature ni n’a eu la chance de s’évader hors les murs de son domicile ; à condition déjà qu’il ait un toit. Si bonnes résolutions il doit y avoir, alors elles doivent porter sur le constant effort de solidarité et de justice sociale dont notre société a tant besoin. Les fractures démocratiques, sociales et environnementales qui malmènent notre pays concourent à nourrir les expressions politiques les plus démagogiques et parfois les plus extrémistes. C’est pourquoi, plus que jamais, il importe de construire des réponses durables et ambitieuses aux défis qui sont devant nous. Cela passe nécessairement par des politiques publiques de solidarité tant il est urgent de solidifier voire reconstruire notre tissu social abîmé par ces années de crise. Ces politiques publiques peuvent évidemment se définir et mettre en œuvre au niveau national et les réformes courageuses du Gouvernement l’illustrent alors malheureusement, il faut l’admettre, que tous les fruits espérés ne sont pas encore là. Il demeure que nul gouvernement depuis des années n’a pris autant de courageuses décisions que sous l’actuelle présidence de François Hollande et le ministère de Manuel Valls. C’est aussi au niveau de l’action de proximité, forme de subsidiarité, que beaucoup de décisions importantes et ayant un impact fort pour la vie de nombreux concitoyens, sont prises. C’est pour cela que nous nous sommes battus pour que Meudon ne disparaisse pas dans un vaste conglomérat sous la domination de Boulogne sans une consultation préalable des habitants.

La loi dite NoTre réorganisant les territoires et créant les Métropoles, dont celle de Paris, vient d’être validée par le Conseil Constitutionnel qui avait été saisi par l’opposition de droite. Cette loi, sans doute encore imparfaite et qui n’a pas osé trancher la question des départements notamment en zone urbaine, a cependant ouvert la voie pour refonder l’organisation spatiale de notre pays, permettre d’agir avec plus d’efficacité au niveau local, renforcer les synergies entre collectivités, donner plus de cohérence aux politiques de logement social, de maillage des transports publics pour faciliter la vie quotidienne des citoyens, et créer les conditions d’une plus grande solidarité entre territoires. Il sera essentiel que la Métropole de Paris soit respectueuse de la démocratie locale et de l’identité des communes d’Île-de-France. Nous y serons attentifs.

Dans ce cadre-là, la Région joue également un rôle crucial. C’est pourquoi, il est essentiel que les prochaines élections régionales soient l’occasion pour vous d’exprimer un choix clair vis-à-vis du futur de nos collectivités. C’est la vie de millions de Franciliens qui est concernée par ce scrutin et notamment des Meudonnaises et Meudonnais. Qu’il s’agisse, par exemple, des transports ou de la formation professionnelle, des Lycées ou du développement économique, les sujets concrets sont nombreux. Alors que les élections départementales avaient été marquées par un taux d’abstention inquiétant, il est essentiel que la mobilisation citoyenne soit majeure en décembre prochain. Voter, exprimer ses souhaits, peser sur les décisions publiques, voici une résolution que nous vous invitons à partager. La démocratie est trop précieuse pour l’abandonner entre les mains de ceux qui veulent la faire disparaître.

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Avril 2014

Une équipe à votre disposition

Les élections sont un moment clé de la vie démocratique. Un moment important qu’il faut saisir. Elles sont l’occasion d’exercer un droit fondamental pour lequel beaucoup se sont battus à travers l’histoire, parfois au prix de leur vie. C’est donc avec amertume que nous avons constaté le désenchantement démocratique

que révèle une forte abstention. Malaise devenu un peu trop habituel depuis plusieurs années, mais que chacun s’empresse de regretter avant de se dépêcher de ne rien faire pour le réduire. À l’instar des vents mauvais qui se lèvent ici ou là. Il nous faut entendre ce message lancinant depuis plusieurs années. En tant qu’élus locaux, nous sommes en première ligne pour redonner un sens à l’engagement de tous les citoyens. Nous continuons à croire que le désir de politique est présent et que ce dépit amoureux est seulement passager. Nous continuons à croire que cette abstention ne correspond pas à un déclin du sens civique. Bien au contraire. La politique locale n’est pas que gestion technicienne d’un territoire, elle doit aussi être porteuse de projets partagés par tous et pour tous. Les citoyennes et citoyens qui ne se sont pas exprimés le 23mars dernier ont beaucoup de chose à exprimer, à faire savoir.

La première chose que notre équipe a voulu montrer concrètement, c’est que l’action publique n’est pas réservée à des professionnels de la politique. Meudon C’est Vous a renouvelé le profil des élus meudonnais: jeunes (la benjamine du conseil municipal – Alice Carton), cadres du privé, immigrés de deuxième génération… Dalida chantait Paroles, Paroles, Paroles… Meudon C’est Vous préfère agir par l’exemple et les actes.

Ainsi que nous l’avons rappelé dans notre précédente tribune, notre ville de Meudon est confrontée à de multiples enjeux. Notre ville ne peut pas continuer à dormir sur ses « lauriers » : nous devons la dynamiser, la faire évoluer et libérer ses énergies… Les élus de Meudon C’est Vous seront là pour rappeler à la majorité municipale le devoir d’agir. Pendant les six prochaines années, nous serons le relais des meudonnaises et meudonnais.

Avec un seul élu d’opposition de Meudon (Marc Mossé) siégeant au Conseil de la Communauté d’Agglomération Grand Paris Seine Ouest (sachant qu’il n’y a en tout que 7 élus d’opposition sur 88 conseillers communautaires représentant les 9 villes…), nous nous efforcerons également de promouvoir et défendre les intérêts de Meudon dans cet ensemble dominé par Boulogne et Issy les Moulineaux. Les synergies sont indispensables. Il est crucial de mutualiser les moyens et de donner une cohérence à certaines politiques publiques dont le logement. Il importe cependant que cela se fasse dans le respect des intérêts des habitants de chaque commune et donc de Meudon.

Notre travail d’élu ne fait que commencer. Et c’est avec chacun de vous que nous comptons l’effectuer. C’est au plus près du terrain que nous voulons inscrire notre action militante. Pour cela, nous vous invitons d’ores et déjà à prendre contact avec chacun d’entre nous pour proposer, débattre, discuter ou exposer un problème de votre vie courante en nous écrivant à cette adresse: contact@meudoncestvous.fr

N’hésitez pas à venir nous retrouver pour une rencontre informelle afin d’aborder toutes les questions qui vous paraissent essentielles à l’amélioration de votre vie quotidienne. Nous serons à votre disposition, tous les premiers samedi du mois, de 10h30 à 12h au local PS, 58 rue Jean Jaurès.

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

Chloroville

Mars 2014

Merci aux Meudonnaises et Meudonnais!

Un grand merci aux 3119 meudonnaises et Meudonnais qui ont voté pour la liste Meudon C’est Vous. Nous comptons désormais 4 conseillers municipaux: Marc MOSSE, Bouchra TOUBA, Denis MARECHAL et Alice CARTON, et un conseiller communautaire à Grand Paris Seine Ouest (Marc MOSSE). Ce groupe dynamique et engagé est celui de tous les citoyens de Meudon. Il est à votre service.

Nous voulons aussi remercier toutes celles et ceux que nous avons rencontrés pendant cette campagne. Merci pour la qualité des échanges que nous avons eus et votre passion pour Meudon. Tout au long de ces mois, au-delà de nos différences et des choix de chacun dans le secret des urnes, nous avons pu collectivement faire vivre la démocratie dans notre ville. Ce fut une belle campagne que nous avons aimé faire avec vous. Mais malheureusement, nul ne peut se satisfaire du taux d’abstention élevé à Meudon - 43,75% - comme ailleurs, reflétant un doute général sur l’action politique. Ce chiffre est un rappel des inquiétudes, des angoisses et des attentes parfois déçues.

Pour notre part, nous sommes conscients de la responsabilité qui nous incombe. Élus, nous formerons une opposition vigilante, adossée à nos valeurs de gauche, républicaines et humanistes. Nous serons tout également une opposition constructive au travail pour l’intérêt général, pour que les problèmes des habitants de notre ville soient résolus concrètement, pour que ceux qui souffrent soient épaulés. Nous refuserons les querelles politiciennes stériles. Fidèles à nos principes, nous souhaitons ardemment faire vivre le projet que notre liste Meudon C’est Vous a porté pendant cette campagne. Nous serons donc force de propositions et acteurs du changement, tournés vers l’innovation sociale et économique. L’égalité entre tous les quartiers de Meudon est au cœur de notre démarche.

À votre écoute, nous voulons travailler pour agir. Ensemble, nous avons beaucoup à faire. Maîtrise des impôts locaux, création d’emplois, politique du logement, dynamisation de la politique de la jeunesse et culturelle, protection du cadre de vie et ambition de développement durable en préparant la transition énergétique, promotion du commerce de proximité, amélioration des transports publics, protection des droits de chacun par une politique de sécurité et de prévention adaptée. Pour y parvenir, nous veillerons à ce que la démocratie locale soit revivifiée et que chacun puisse s’exprimer, associations comme citoyens, et se faire entendre par la majorité. Des aménagements importants sont à venir: le futur du Hangar

Y, le projet pour la Colline Rodin, la pointe de Trivaux, l’aménagement de Val Fleury,… Avec vous, nous serons attentifs à ce qu’ils soient réalisés dans le sens du bien commun.

La place de notre ville dans l’intercommunalité et dans la Métropole sera aussi un des sujets cruciaux

à traiter pour que Meudon ne soit pas oublié au moment des choix de ces instances.

À l’orée de ce mandat, nous mesurons pleinement les enjeux qui sont devant nous tous. En regardant plus loin que Meudon, force est de constater, en effet, que le désenchantement démocratique est violent. Des vents mauvais se lèvent ici ou là. Nul ne doit ignorer la quadruple urgence économique, sociale, démocratique, écologique à laquelle nous devons répondre. C’est pourquoi, plus que jamais, notre responsabilité d’élu et de citoyen est grande. Dans un monde en pleine mutation, le devoir d’explication et de vérité et l’obligation de résultats structurent le sens de l’action politique. Dessiner un horizon, porter une espérance, cela commence près de chez nous.

Marc Mossé, Bouchra Touba,

Denis Maréchal, Alice Carton

 

 

 

Tribune de MEUDON OXYGENE

 

Chloroville - Juillet 2013

Des vacances pour tous les enfants de Meudon !

Avec l’été, les enfants et leur famille espèrent le temps du repos ou des retrouvailles, celui du plaisir de se ressourcer, celui des premiers pas au soleil, des jeux ou des premières amours à l’ombre des pins. Les vacances « c’est du bonheur qui fait grandir ». Malheureusement, ce bonheur n’est pas ouvert à tous. Loin s’en faut. Cet été, de nombreuses familles meudonnaises ne pourront offrir à leurs enfants de vraies vacances et la crise va accentuer cette difficulté.  C’est donc le devoir de notre commune de contribuer à la réduction de cette fracture estivale.

C’est pourquoi lors du dernier conseil municipal, notre groupe Meudon Oxygène par la voix de Bernard Jasserand, nous avons proposé d’affecter une partie du solde positif – soit une part du montant disponible de 7,320 millions d’euros - résultant du compte administratif (il s’agit du document de synthèse d’exécution du budget) pour améliorer la réponse de la ville aux besoins des familles.

Actuellement, pour les enfants de 6 à 17 ans, en plus des places en Centre de loisirs, il y a 105 places en colonies, 54 en stages sportifs et 73 en mini-séjours ; soit 232 places disponibles pour les enfants meudonnais pour l’été 2013. C’est insuffisant, interdisant aux enfants de s’inscrire d’une année sur l’autre. Nous avons demandé 2 choses : d’une part, que chaque enfant meudonnais puisse se voir proposer une offre d’activité ou de vacances pendant l’été ; d’autre part, en vue de la rentrée, que les familles soient davantage aidées pour les frais scolaires et ceux liés à l’inscription aux activités périscolaire, culturelles et sportives toujours onéreuses. Mais le maire et sa majorité ont refusé cette proposition ! La solidarité est un des premiers rôles d’une commune et les marges de manœuvre doivent aussi être utilisées pour répondre aux besoins essentiels des habitants de notre ville.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

 

Chloroville - Juin 2013

Aménagement de Val Fleury, un enjeu de qualité de ville

Le futur aménagement de Val Fleury est attendu depuis longtemps. Arlésienne ou serpent de mer, il fut souvent repoussé. Il semble bientôt engagé. Comme le Groupe Meudon Oxygène l’’avait demandé en conseil municipal, une concertation avec la population a eu lieu. Espérons que les résultats seront entendus par la majorité municipale et celle de GPSO.

Pour notre part, nous restons attentifs à ce que certaines de nos demandes exprimées au cours de la mandature au nom des Meudonnaises et Meudonnais qui nous ont saisis soient respectées. D’abord, les constructions envisagées doivent comprendre une part significative de logements sociaux. En particulier, nous avons pointé la nécessité que les immeubles prévus soient accessibles à des jeunes, étudiants ou couples. Quand on connaît le prix du mètre carré sur notre ville, cette priorité est une évidence. Ensuite, il importe que la contrainte de stationnement soit pleinement prise en compte dans une zone déjà sous pression à cet égard. Une station de vélos électriques pourrait être envisagée à proximité de la gare de RER. Enfin, et c’est essentiel, la future esplanade doit être un lieu d’animation et non une simple dalle laissée aux vents et au vide. Des activités culturelles, un marché nocturne, des concerts de jazz, de musique classique ou de pop-rock notamment via l’expression de nos artistes locaux, du théâtre de rue,… devront y être organisées. Aménager un lieu, ce n’est pas seulement une question de mètres carrés ou d’architecture mais surtout une ambition pour créer du lien social.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

 

 

Chloroville - Mai 2013

Le mariage pour tous au nom de l’égalité

 

Le Parlement a voté la loi sur le mariage pour tous. C’est un texte important inscrit dans la tradition républicaine car par essence, le mariage civil porte l’empreinte de l’égalité. Tout au long de son histoire, il a été enrichi par de véritables conquêtes qui auront comptés pour que notre pays soit plus juste et ouvert. En créant un nouveau droit, et sans en supprimer aucun – contrairement à ce que certains ont prétendu- la loi reconnait et protège des réalités humaines fondées sur l’amour et le consentement libre échangé entre deux personnes. Cette loi n’est pas la victoire d’un camp contre un autre, d’une majorité contre une minorité, de bien-pensants contre mal-pensants. Elle ne doit surtout pas l’être et l’on voit bien qu’elle rencontre des soutiens dans toute la société, dans toutes les organisations. D’ailleurs la France rejoint ici une dynamique pour l’égalité des droits puisque des lois semblables ont été adoptées dans de nombreux pays et encore en Grande Bretagne récemment.

Bien sûr, des oppositions à ce texte se sont exprimées en conscience et elles doivent être profondément respectées pour cela. Leur démonstration publique conformément au grand principe de liberté de manifestation, fondamental dans une démocratie, était plus que légitime. En revanche, il faut redire avec force que certains débordements par des propos et des actes parfois haineux et attentatoires à la dignité humaine ne sauraient être admis.

Heureusement au-delà des passions, sans doute plus tôt qu’on ne l’imagine, cette avancée de notre droit paraitra bientôt comme une nouvelle étape dans l’engagement indispensable de nos sociétés pour l’harmonie.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

 

Chloroville - Avril 2013

Menace sur le patrimoine industriel et historique Meudonnais

 

La direction de l’ONERA a récemment informé son personnel d’un possible transfert des activités de Meudon vers Palaiseau. Un projet de « 3 sites en 1 » regrouperait  Meudon et  Chatillon  sur le site de Palaiseau. Cette menace de délocalisation inquiète les 200 salariés de Meudon et leurs organisations syndicales qui alertent sur les dangers d’un tel déménagement. Au-delà des contraintes subies par le personnel, ce sont les activités de recherche aérodynamique développées à Meudon qui en pâtiraient, tout comme le tissu historique et économique de notre ville.

Le pôle scientifique aérospatial de Meudon consacre l'ensemble de ses activités à l'aérodynamique, la mécanique des fluides et l'énergétique. Abritant un département d'aérodynamique fondamentale et expérimentale, il dispose d'un ensemble de souffleries couvrant un vaste domaine de vitesse allant du bas-subsonique à l'hypersonique. L’interruption de ses activités serait pénalisante pour ses clients : Airbus, CNES, EADS, Dassault, SNECMA implantés pour la plupart dans les Hauts de Seine et plusieurs domaines de recherche liés à de grosses installations non transportables, risquent d’être purement et simplement abandonné.

Avec ses 12 hectares, le site de Meudon a pourtant un potentiel de développement qui permettrait d’accueillir les activités transférées de Chatillon et d’ouvrir une partie du domaine au public pour accéder à la grande soufflerie et à la maison du colonel Renard, classées monument historique.

Une opération de spéculation immobilière va-t-elle amputer ce  haut lieu de l'histoire de l'aérostation et causer de graves dommages à la recherche aéronautique si importante pour la compétitivité de notre pays ? La programmation inscrite dans le PLH de 150 logements à construire sur les terrains de l’Onéra, doit-elle être comprise comme l’accord donné par la ville à cette opération ?

Il y a urgence à répondre au nom de l’intérêt général. Meudon dispose, au travers de son Plan Local d’Urbanisme, des moyens pour s’opposer au départ de ce centre de recherche.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

 

 

Chloroville -Mars 2013

Les rois du bonneteau !

 

GPSO vient d’adopter son budget. Et ce sont les ménages qui paieront ! Depuis la suppression de la taxe professionnelle, nous avons toujours insisté pour qu’aucune « fiscalité ménage » ne soit instaurée sur le territoire de notre communauté. Or avec cette décision, seuls les ménages supporteront l’effort fiscal à venir. Bien sûr, la majorité UMP/UDI de Meudon comme celle des autres villes de GPSO, va se glorifier de ne pas avoir augmenté le taux des taxes locales. Pas de hausse des fiscalités communales en apparence ? Mais en apparence seulement, car sans un mot sur les 10,9 millions d’impôts pesant en réalité sur les ménages de GPSO du fait des décisions des maires !

 

Une hausse de 9% du taux communautaire de la TH, combiné avec la hausse des bases, entrainera donc une augmentation de 12% du produit de cet impôt sur les ménages. Or cette taxe est inégalitaire compte tenu de l’obsolescence des bases locative, et n’est pas progressive. De fait, elle frappe tous les ménages aveuglément ! A quoi s’ajoute la création d’une taxe foncière communautaire à 0,65%. Au total, sur les 11,5 millions de recettes fiscales supplémentaires de l’exercice 2013, 10,9 millions sortiront de la poche des ménages. 95% de l’effort fiscal supplémentaire demandé en 2013 par la communauté sera supporté par les ménages. Bien sûr des efforts sont à faire ; mais justement répartis entre tous les contributeurs. Pas comme ici. Cette fiscalité est une atteinte directe au pouvoir d’achat des ménages de GPSO.

 

Sur les investissements, compte tenu des enjeux constatés officiellement, nous demandons que le budget 2013 consacre beaucoup plus de moyens à l'habitat. GPSO doit s'engager davantage dans la production et la réhabilitation de logements sociaux. Un appui financier beaucoup plus significatif doit permettre à notre Office Seine Ouest Habitat de participer à cet effort indispensable.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

 

 

Chloroville -janvier 2013

Que 2013 soit une année de justice sociale

 

À l’orée de cette nouvelle année, Meudon Oxygène et ses élus vous présentent leurs meilleurs vœux pour vous-même et pour tous ceux qui vous sont chers.
L’année 2013, nous le mesurons tous chaque jour, continuera de connaître une crise qui produira encore ses effets néfastes pour nombre de nos concitoyens dont les plus fragiles. Aussi, nous souhaitons voir l’emploi, le pouvoir d’achat, le droit à la santé pour tous,… être au cœur des actions du gouvernement.
Nous souhaitons que l’impératif de justice sociale et le renforcement de la compétitivité de notre économie soient servis d’un même mouvement. Nous souhaitons que le logement social demeure une priorité.
À Meudon, et dans GPSO, où le taux de chômage augmente aussi, l’enjeu du logement social exige une réponse efficace et de haute qualité architecturale et environnementale. La majorité municipale se repose sur les 26,40% de logement social existant pour faire une pause dans sa production (13% de logements sociaux prévus sur la pointe de Trivaux à Meudon-la-Forêt).
Nous rappelons que les 25% SRU sont un seuil minimum à respecter et qu’il est recommandé, vu l’ampleur de la crise, de ne pas stopper les efforts. Certaines familles attendent depuis près de 15 ans une réponse à leur demande! Quant à GPSO, dont le territoire est encore en dessous du seuil des 20%, nous considérons que la production annuelle de logements sociaux, neufs, conventionnés ou en accession sociale, ne peut descendre sous la barre des 900.
Or, la majorité de droite affiche un objectif en quasi-stagnation de 650 logements sociaux par an; ce qui ne permettra pas de répondre aux 11854demandeurs actuellement recensés. Face à la crise, nous souhaitons que le devoir de solidarité demeure une ligne de conduite pour l’action publique.

Les élus de

MEUDON OXYGÈNE

Monsieur le Maire
la liberté d’expression
est un droit fondamental  

Avec 12 000 nouveaux cas dépistés par an, le SIDA reste une question majeure de santé publique !



Les élus municipaux du groupe Meudon C’est Vous s’indignent de la décision du Maire de Meudon d’interdire, sur le territoire de la commune, la campagne d’affichage du Ministère de la Santé relative à la prévention du SIDA.
Une campagne ne peut être interdite que si elle viole les lois de la République, et certainement pas parce qu’elle déplaît à une minorité.
L'espace public ne peut être regenté par des opinions religieuses, aussi respectables soient-elles.
Voir l'appel des elus.

LISTES ELECTORALES

S’inscrire sur les listes
électorales pour les
prochaines élections présidentielles c’est encore possible !

Rendez vous avant le
31 décembre 2016
auprès de la mairie de
votre lieu d'habitation



#TEAM92    #AVECBARTO



ELECTION REGIONALE



Un futur président à l’écoute des Franciliens.
L’Ile de France est notre part de France. Elle porte tant d’attentes. Claude Bartolone a souhaité fixer un cap : le bien être, la jeunesse et la vitalité. La transition écologique en est la trame. Vos contribution, vos idées,  vos suggestions ou encore  votre expérience sont les bienvenues.
Dans les Hauts-de-Seine, les militants PS ont adopté le 9 juillet une liste de 30 personnes, paritaire et représentative de notre territoire.



TRIBUNE DE MANUEL VALLS

25 août 2015 - Les Echos

"Poursuivre nos réformes économiques pour affirmer nos valeurs"

Lire ICI

    

 

EUROPE

74 questions et réponses pour réorienter l'Europe

 

Après la mise en ligne de notre plateforme citoyenne Choisir notre Europe qui a lancé notre campagne d'interpellation des candidats, 74 questions ont été sélectionnées, auxquelles nous apportons 74 réponses. Cet argumentaire sera un document décisif pour aider nos militants et nos élus dans la bataille des élections européennes.

 


ECONOMIE

Manuel Valls : le plan d'économies 

est  «calibré» et «juste»

 

Mardi 29 avril, le Premier ministre Manuel Valls a défendu le programme de stabilité 2014-2017 devant les députés de l'Assemblée national.

 

Union bancaire :

  pour une stabilisation de la zone euro et une responsabilisation des banques

 

Mercredi 18 décembre, les ministres des finances européens – au nombre desquels Pierre Moscovici – sont parvenus à un accord sur le deuxième pilier de l'union bancaire: les modalités de sauvetage des banques en cas de crise, non plus par les états, mais par les banques elles mêmes.

 

 

Explications :

 

Pour que les banques paient et non plus les contribuables

Le mécanisme, qui s'appliquera à partir de 2016 à plus de 300 banques de l'union, verra la mise en place d'un Conseil des Résolutions. Ce conseil devra décider de renflouer un établissement ou de le liquider.

Afin de procéder à ces recapitalisations ou liquidations, un fonds financé par le secteur bancaire à hauteur de 60 milliards d'euros viendra compléter le mécanisme. Au final, ce seront donc les banques qui paieront le prix des erreurs commises, et non les contribuables.

Pour Karine Berger, Secrétaire nationale à l'Economie :

Cette Union bancaire est une avancée pour la construction d’une Europe plus solidaire mais aussi pour responsabiliser davantage le secteur bancaire, qui devra payer à hauteur des préjudices subis en cas de prise de risque anormalement élevée. Les Etats et contribuables n’auront plus pour leur part à payer les pots cassés des aléas des politiques spéculatives des banques. 

Solidifier la zone euro

L'ensemble de ces mécanismes permettra donc d'éviter une nouvelle crise de la zone euro et de la stabiliser. De fait donc, cet accord va permettre de mieux financer l'économie. Et de conclure par cette phrase du ministre de l'Économie et des Finances à la sortie de la réunion:

C'est un accord majeur, c'est un accord décisif, c'est un accord de portée historique.

grande conférence sociale

Vendredi 21 juin, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a clôturé les deux journées de la grande conférence sociale organisée par le gouvernement et consacrée à l'emploi. 

Malgré la crise économique et financière, le Premier ministre a réaffirmé l'espoir qu'il mettait dans le pays : « Je suis convaincu que le modèle social français peut être sauvé, enrichi et adapté au monde du XXIème siècle, et je veux que la France redevienne un pays fort, un pays juste, un pays solidaire. »

 

CONVENTION NATIONALE

NOTRE EUROPE

Cette Convention nationale se tiendra à Paris, le dimanche 16 juin prochain.

Elle sera précédée, la veille, samedi 15 juin, d’une réunion du Forum des progressistes européens qui réunira des leaders socialistes et sociaux démocrates européens pour débattre de nos perspectives communes face à la crise économique et sociale.


Lire le projet de texte

 

 

27 mesures en faveur

de la banlieue

François Lamy: «une mobilisation

de l'ensemble du gouvernement

pour les habitants des quartiers

A l'occasion de la réunion du Bureau

National du Parti socialiste, François
Lamy, ministre délégué à la ville, est venu

expliquer les 27 mesures en faveur de la

banlieue présentée lors du comité

interministériel des villes ce mardi.

en savoir plus

 

Mali

une décision courageuse

pour porter secours à

un peuple ami


Harlem Désir a exprimé, au nom
du PS, sa "solidarité avec le
peuple malien" et le soutien "
le plus complet aux f
orces armées".

Lire le communiqué de Harlem Désir

 

Accords sur l’emploi

syndicats / Patronat

Michel Sapin : « plus de capacités d’adaptation pour les entreprises, plus de sécurité pour les salariés »


 

Appel à la constitution d’un réseau de villes solidaires - See more at: http://www.cambadelis.net/2015/09/03/laccueil-des-refugies-pour-nous-cest-oui-appel-a-la-constitution-dun-reseau-de-villes-solidaires/#sthash.lDcYX9Sx.dpuf
Appel à la constitution d’un réseau de villes solidaires - See more at: http://www.cambadelis.net/2015/09/03/laccueil-des-refugies-pour-nous-cest-oui-appel-a-la-constitution-dun-reseau-de-villes-solidaires/#sthash.lDcYX9Sx.dpuf
Appel à la constitution d’un réseau de villes solidaires - See more at: http://www.cambadelis.net/2015/09/03/laccueil-des-refugies-pour-nous-cest-oui-appel-a-la-constitution-dun-reseau-de-villes-solidaires/#sthash.lDcYX9Sx.dpuf 

a

AGENDA

Dimanches 22 et  29 

janvier 2017

Primaires citoyennes de la Gauche
Les adresses de vos bureaux de vote vous seront communiquées début janvier

Samedi 3 décembre 2016

Convention de la Belle Alliance Populaire
A partir de 11h30 - Paris Event Center  - La Villette



APPEL A LA CONSTITUTION
D'UN RESEAU DE VILLES
SOLIDAIRES


JE SUIS CHARLIE

MARCHE DU DIMANCHE
11 JANVIER 2015
DEPART DE MEUDON
VAL-FLEURY A 14h00

« Ce n’est pas seulement un crime, c’est un piège » 

Robert Badinter    

 (7 janvier 2015)      

JeSuisCharlie



Une Mairie pour tous ?

 

Hervé Marseille, s’affichant au premier
rang de la vingtaine de Meudonnais
manifestant le 2 mars contre le
Mariage Pour Tous, est allé jusqu’à
faire afficher une banderole
sur un bâtiment public, et pas n’importe
lequel : la mairie, la maison de la
république, notre maison à tous.
Voilà donc la grande priorité
de notre Maire !

 

MARIAGE POUR TOUS

VIVE LES MARIE-ES !


 

La loi de notre République ouvre désormais le mariage aux couples du même sexe. Nous sommes fiers d’avoir fait avancer l’égalité des droits, fiers d’avoir résisté aux conservatismes, fiers d’avoir porté un débat difficile.

 

 

Christiane Taubira

Christiane Taubira "submergée par
l'émotion" après le vote de la loi. La ministre
de la Justice s'est aussi adressé à tous
les députés, les remerciant de leur
"participation active" : "Vous avez amélioré
ce texte, vous l'avez enrichi."

en savoir plus

                                                                  

Élisabeth Badinter

a été auditionnée par la commission des
lois de l’Assemblée nationale sur la question
du mariage pour tous. Son discours, limpide,
est probablement l’un des meilleurs de
ces quelques mois de débats.

Voir

Durant ces treize minutes d’audition, la
philosophe analyse les raisons de l’hostilité
(ou du simple questionnement) envers le
mariage pour tous et les démonte
respectueusement, pédagogiquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






 

 

 

 

 

 

 

9